MENU

QUOI ?

1 CLIC

Histoire de Caudry

Les Origines

Des origines à la fin du XVIIIème siècle

Vitrail de la basilique Sainte Maxellende.

Les origines de la ville demeurent assez imprécises. On peut toutefois se risquer, si l'on en juge par le résultat des fouilles archéologiques effectuées en 1997, à les fixer au premier siècle de notre ère. Six siècles vont s'écouler jusqu'au 13 novembre 670, date à laquelle la tradition rapporte que la fille du seigneur de Caudry, Maxellende, fut poignardée par Harduin d'Amerval dont elle avait repoussé les propositions de mariage. Devenu aveugle, Harduin recouvra la vue au cours d'une translation solennelle de la dépouille de sa victime. Depuis cette guérison miraculeuse, Maxellende est la patronne des Caudrésiens et des malvoyants.

Si Caudry n'a pas la notoriété historique de ses célèbres voisines, Cambrai et le Cateau ; elle fut néanmoins associée à leur destin, aux combats et exactions que les armées étrangères perpétrèrent dans notre région. Les troupes de Louis XI campèrent à Caudry en 1477, celles de Henri II en 1553, et celles de Louis XIV en 1677. Le 26 avril 1794, l'armée de la Convention engagea même sur le territoire de la commune un combat si meurtrier qu'un ravin fut surnommé le riot des morts.

Origines du nom de Caudry

La ville de Caudry n'a pas toujours porté son nom actuel. Cependant ce dernier dérive des appellations précédentes de la ville :

  • Calderiacum en 1087
  • Caudris en 1129,
  • Cauderi en 1219,
  • Caudri en Borneville,
  • Caudri en 1286,
  • Caudry en 1349.

Armoiries de la Ville

Armoiries de Caudry

La connaissance des armoiries de Caudry date d'un manuscrit du XVème siècle, conservé à la bibliothèque municipale de Cambrai.

Les armoiries, qui "portent d'argent à trois feuilles de vivier de gueules", sont celles de la famille seigneuriale datant du XIVème siècle.

Caudry et ses Seigneurs

Du Moyen-âge jusqu'à la Révolution, de nombreux seigneurs ont régné sur le territoire caudrésien parmi lesquels :

  • Almaric de Caudry (1007)
  • Amulric de Caudry (1078)
  • Mathieu de Caudry (1140)
  • Alondus de Fontaines, Régnier de Beaumont, Adam de Caudry (1150)
  • Nicolas de Caudry, l'un des six pairs de Valenciennes (1184)
  • Adam de Caudry, vassal d'Adam de Walincourt (1207)
  • Lambert de Caudry, époux d'Agnès de Héripont (1219)
  • Gérard de Saint-Aubert, Régnier de Beaumont (1220)
  • Alulphus de Caudry, Chevalier (1223)
  • Adam de Caudry (1227)
  • Jean Flamen, Seigneur de Caudry et de la Sotière (1233)
  • Adam de Caudry (1239)
  • Jean, Seigneur de Caudry dit "de l'aitre" (1241)
  • Adam, Chevalier, Seigneur de Caudry (1249)
  • Mathieu de Caudry (1272)
  • Adam, Sire de Caudry (1278)
  • Jean de Brebière, Seigneur de Caudry car ayant épousé Alys, fille d'Adam de Caudry (1315)
  • Jacques de Haspres, Seigneur de Caudry car ayant épousé Marie, autre fille d'Adam de Caudry (1322)
  • Adam Flament, Seigneur de Caudry (1347)
  • Adam, dit Flament, Seigneur de Caudry, bailli du Cambrésis (1360)
  • Pierre de Caudry (décédé en 1424)
  • Guillaume de Viefville, Seigneur de Romeries et de Caudry (1530)
  • Pierre de Viefville, Seigneur de Caudry (1570)
  • Charles de Viefville, Seigneur de Caudry (1635)
  • Charles de Lignières, Seigneur de Caudry (1672)
  • Félix-Ignace-Guillaume de Taffin, Seigneur de Troisvilles, achète la Seigneurie de Caudry (1755)
  • Charles-Augustin-Hyacinthe Cordier, achète la Seigneurie de Caudry puis celle de Potelle et de Borneville (1763). Il fut le dernier Seigneur de Caudry.

L'essor industriel

La naissance du textile

Métier à dentelles, le plus ancien de Caudry.Humble bourgade de 1926 habitants en 1804, rien ne semblait prédisposer Caudry à devenir un siècle plus tard une ville industrielle de 13 000 habitants. A l'écart de tout axe de communication important, Caudry est une de ces villes nées de l'industrie, mieux, elle est née d'une industrie, celle des tulles, dentelles et broderies mécaniques.

Depuis la fin du Haut Moyen Age, la région du Cambrésis était réputée pour ses batistes (toiles de lin très fines). En 1789, les mulquiniers (tisseurs) travaillaient sur 13 029 métiers à tisser en bois installés dans tous les villages du Cambrésis. Cependant, après 1790 et l'émergence du coton, l'industrie locale a été forcée de se reconvertir. Les métiers à tulle, d'abord importés par les Anglais, se sont rapidement imposés à Valenciennes, Calais, Saint-Quentin, puis au cœur du Cambrésis.

Les premiers métiers caudrésiens sont installés en 1825 par Placide Gabet dans le Château de Caudry. La ville se lance alors dans l'aventure. En 1827, Caudry compte 25 fabriques et 220 métiers consacrés à la production du tulle de coton. L'adaptation en 1838 du système jacquard aux métiers à tulle par Jourdan et Fergusson donne naissance à la dentelle dite mécanique. La dentelle sera désormais produite par des métiers dits leavers. Le premier métier à dentelle fut mis en œuvre à Caudry au début des années 1840 par les frères Tofflin. A partir de 1850, ces métiers sont mus par la vapeur. En 1865, le premier métier à guipure est installé à Caudry.

Pourtant, l'industrie textile caudrésienne va connaître une crise importante jusqu'en 1880. Le libre-échange avec l'Angleterre, conclu par Napoléon III en 1860, va défavoriser Caudry, équipée d'un matériel ancien ne pouvant rivaliser avec les villes mieux dotées comme Nottingham ou Calais.

Le développement de la fin du XIXème siècle

Métiers de tulle.Les années 1870 et 1871 vont être marquées, comme partout en France, par la guerre contre la Prusse. Les Prussiens entrent dans Caudry le 21 janvier 1871 et imposent, en plus des réquisitions, une contribution de guerre, avancée par diverses personnes aisées de la commune. L'armistice fut signée le 28 janvier 1871 à Versailles et les Prussiens ne tardèrent pas à se retirer du Cambrésis.

La fin du XIXème siècle est marquée par le port de la dentelle mécanique dans le costume féminin, à travers toutes les classes sociales. Ce phénomène, ainsi que d'importants crédits octroyés par la banque Debail, permettent aux artisans d'acquérir un matériel moderne. De 1880 à 1900, des usines et des grands apprêts sont construits et des métiers sont livrés quotidiennement à Caudry. La dentelle de Caudry s'exporte partout et les acheteurs du monde entier défilent dans la ville à l'occasion des foires saisonnières.

A la même époque, Caudry s'intéresse à la broderie mécanique. La broderie fut introduite dans la ville par Gabet-Carpentier et Tilmant en 1893 et le premier métier à broder avec jacquard est installé par Fernand Beauvillain en 1906. Ainsi, jusqu'en 1914, et malgré de graves conflits sociaux, Caudry connaît une ère de prospérité exceptionnelle.

A la veille de la Grande Guerre, la ville compte 600 métiers à dentelle leavers pour 177 fabricants ainsi que 550 métiers pour tulle uni, 30 métiers à guipure et 630 métiers pour la broderie. La population atteint désormais 13 390 habitants.

La première guerre mondiale

Les habitants viennent chercher les vivres distribués par l'intendance britannique.Suite à l'assassinat de l'archiduc d'Autriche à Sarajevo le 28 juin 1914 et aux tensions à travers l'Europe, les gouvernements se préparent au conflit. A Caudry, les commissionnaires allemands en dentelle Heymann et Alexander quittent la ville le 20 juillet. L'ordre de mobilisation générale est affiché en Mairie le 28 juillet. Le 25 août affluent des troupes fatiguées arrivant de Belgique. Le soir, un avion allemand est abattu au dessus de Caudry. La journée du 26 est marquée par une pluie d'obus allemands sur la ville : les habitants se tassent dans les sous-sols tandis que des centaines de maisons ont été détruites.

Le 27, aux premières heures de la matinée, Caudry est envahie. Les Allemands pillent et détruisent systématiquement les métiers, les dessins, les papiers... Cinq victimes civiles s'ajoutent aux militaires tués sur le champ de bataille. Les blessés sont transportés dans des infirmeries rue Victor Hugo et rue de Saint Quentin. Et pendant que la guerre et les combats se poursuivent plus loin, commence pour Caudry une longue période d'occupation qui dure jusqu'en 1918. La Kommandantur s'installe à Caudry le 24 décembre 1914 et la vie des Caudrésiens est ainsi réglée par l'administration allemande.

Des Caudrésiens sont employés à la construction de baraquements en bois pour l'hôpital militaire allemand occupant l'usine du Transvaal. Les Allemands procèdent également à des arrestations et à des prises d'otages parmi la population, mettant ces Caudrésiens en prison puis les déportant en Allemagne. Le Maire, Ernest Plet, impliqué dans une affaire de transport clandestin de courrier, est arrêté. Destitué de ses fonctions en mars 1916, il est déporté. Les ateliers textiles n'ayant pas été détruits sont réquisitionnés pour les besoins de l'occupant, tandis que le cuivre et l'acier des métiers sont envoyés en Allemagne pour fabriquer armes et munitions.

Depuis l'automne 1917 et l'arrivée des Américains en Europe, la guerre change. Les attaques massives et prolongées se multiplient et les avions anglais et français sillonnent le ciel. L'ordre d'évacuation est donné par la Kommandantur de Caudry le 30 septembre 1918. Environ 2 500 personnes vont rester en ville alors que 10 000 Caudrésiens commencent un long périple jusqu'à Binche, en Belgique. Le 10 octobre 1918, les Anglais de la 37ème division pénètrent dans Caudry et mettent fin à quatre années d'occupation. Après l'armistice, les Caudrésiens rentrent au pays. Cependant, 200 civils sont morts pendant l'exode et 450 soldats ne reviendront pas du front. Pour honorer leur mémoire, un monument aux morts fut inauguré sur la place le 1er octobre 1922.

La modernisation industrielle

Au sortir de la première guerre mondiale, la plupart des fabricants caudrésiens ont utilisé les dommages de guerre pour moderniser leur outil de production. Caudry s'oriente alors vers la dentelle en grande largeur et le haut de gamme, comme l'apparat des robes de bal et les créations des maisons de Haute Couture.

Avec un an de retard, les fabricants de dentelle de Caudry sont touchés par le krach de Wall Street. Dès 1931, la situation est catastrophique et le chômage presque complet. Cette situation perdure jusqu'en 1937 mais la guerre, comme en 1914, freine la reprise. Malgré l'occupation allemande, le premier tulle nylon sort des métiers caudrésiens en 1943.

La seconde guerre mondiale

Le jour de la Libération de Caudry, le 4 septembre, les drapeaux américain et britannique sont hissés aux côtés du drapeau français.La seconde guerre mondiale, commencée en 1939 à l'est de l'Europe, va toucher la France le 10 mai 1940 lorsque l'armée allemande traverse la Belgique et que débute la "Bataille de France". Dès le vendredi 17 mai 1940, de nombreux Caudrésiens avaient pris le chemin de l'exode. Certains ne revinrent jamais. Le 18 mai, des tanks allemands entrent dans Caudry et tirent des obus perforants sur l'Hôtel de Ville, tuant 6 personnes. L'occupation débutait et la Kommandantur fut installée rue Salengro. Les Caudrésiens allaient subir le rationnement tandis que la résistance allait s'organiser à Caudry.

Au printemps 1942, un groupe formé de Gaston Dassonvile (ancien officier de la guerre 1914/18), Lucien Janssoone, Victor Cordonnier, André Mailliez, Léonce Bajart, Henriette Balési (alias Madame Blanche) et Alfred Mélayers s'entend avec Paul Tavernier, interprète à la Kommandantur. Ils recueillent d'abondants renseignements sur l'ennemi, procurent de l'aide aux réfractaires et organisent le passage des aviateurs alliés tombés dans la région. D'autres groupes se forment et multiplient les sabotages.

Au cours de l'été 1944, des convois allemands traversèrent la ville, harcelés par l'aviation alliée et par la résistance locale. Le 3 septembre, les chars de la 5ème division blindée américaine pénétrèrent enfin dans Caudry.

L'époque contemporaine

La modernisation du textile

Buste de dentelle.Après la libération, les fabricants et les ouvriers s'ingénient à assimiler la nouvelle technologie des matières et à utiliser tous les textiles de pointe comme la fibrane, la rayonne, le nylon, le lurex... La dentelle se décline ainsi en noir et blanc, en quadrichromie et dans des motifs abstraits, décoratifs et variant à l'infini. C'est un succès et les carnets de commande sont pleins jusqu'en 1956, date à laquelle les pays d'Amérique prennent des mesure protectionnistes. De même, la suppression de l'obligation du port de la mantille par le pape Jean XXIII aux offices religieux est cruellement ressentie par la profession. 100 métiers fabriquant la mantille s'arrêtent du jour au lendemain. La crise s'étendra jusqu'en 1976.

Durant ces 30 dernières années, des améliorations ont été apportées sur les métiers : système casse-fil, informatisation du dessin de dentelles leavers, perçage automatique des cartons jacquard. De même, à côté de la dentelle leavers s'est developpée une dentelle plus bas-de-gamme dite rachel, textronic ou jacquard tronic. Aujourd'hui, Caudry produit sous le label "dentelle de Calais" une dentelle de qualité destinée aux plus prestigieuses maisons de Haute Couture. Les plus grands, d'Yves Saint Laurent à Chanel, en passant par Christian Lacroix, Karl Lagerfeld ou Lolita Lempicka n'ont pu résister à l'envie d'utiliser la dentelle de Caudry. Fille de l'industrie textile, Caudry a ainsi obtenu en 1995 le label "Ville et Métiers d'Art".

La diversification industrielle

La zone industrielle de Caudry.Si l'industrie textile et, en particulier, la dentelle demeure le fondement du tissu industriel caudrésien avec dix entreprises qui exportent plus de 80% d'un produit raffiné, l'essor économique repose désormais sur la diversification des activités.

En effet, lorsqu'un certain essoufflement du secteur textile fut constaté vers 1960, les élus de l'époque, tout en maintenant les secteurs traditionnels, décidèrent de diversifier leurs actions et d'offrir aux éventuels investisseurs des conditions d'accueil optima. De cette résolution naquit la première zone industrielle de 20 hectares qui accueillit dès 1970 la SICOS (Société Industrielle de Cosmétiques). Cette entreprise joua immédiatement le rôle de locomotive. Et à côté de petites unités caudrésiennes qui n'hésitèrent pas à transférer leur activité, s'implantèrent progressivement de grands noms industriels tel Spac Nestlé.

Les Maires de Caudry

Depuis 1945 :

  •  Maurice Lefebvre : 1945-1947
  •  Albert Dhélin : 1947-1965
  • Henri Lefebvre : 1965-1983
  • Paul Moreau : 1983-1989
  • Jacques Warin : 1989-1995
  • Guy Bricout : 1995-2017
  • Fréderic Bricout : 2017-...

Sources Historiques

Les précieux renseignements historiques de ces pages proviennent de :

Histoire de Caudry"Histoire de Caudry"
Ecrit par André FLAMENT et Patrick RAGUET
(Caudry d'hier et d'aujourd'hui).
Edition Nord Patrimoine Editions.

Disponible à l'hypermarché "E.Leclerc" et à la "Maison de la Presse" de Caudry - 21,50€

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies